Dictionnaire

A

Accessibilité numérique

L'accessibilité numérique consiste à permettre aux personnes en situation de handicap (visuel, auditif, moteur, cognitif,...) d'utiliser l'outil informatique, et en particulier le Web, dans le sens où elles peuvent percevoir, comprendre, naviguer, interagir et contribuer avec ces outils (approche définie par la WAI).

Les solutions éditoriales Scenari au service de l'accessibilité

La mise en accessibilité vise à fournir à tous un même contenu compatible avec les technologies d'assistance (plage braille, lecteur d'écran, loupes, clavier adapté......). Cette compatibilité est assurée si les contenus produits respectent un ensemble de critères techniques (WCAG/RGAA). Le respect de ces critères repose en grande partie sur une structuration pertinente de l'information. L'édition structurée, principe fondateur des solutions éditoriales numériques, est donc un vecteur naturel d'une démarche de mise en accessibilité des contenus.

En complément du travail de structuration, la création de documents accessibles nécessite de renseigner certaines informations : les solutions éditoriales guident le rédacteur dans cette tâche. Le contenu rédigé est ensuite publié vers différents supports de consultation. La publication automatisée garantit alors l'accessibilité du document en assurant une structuration HTML5 efficiente, une description des interactions utilisateurs en ARIA (moteur de recherche, plan...).

La production de documents accessibles est dans la continuité de l'édition structurée car reposant sur les mêmes principes de structuration.

Références

RGAA Référentiel Général d'Accessibilité pour les Administrations

WAI Web Accessibility Initiative : liens vers ARIA (Accessible Rich Internet Applications), WCAG (Web Content Accessibility Guidelines)...

M

Modèle

Les solutions éditoriales et documentaires reposent sur la notion de modèle. Un modèle définit l'ensemble des balises que l'auteur va pouvoir utiliser pour exprimer ses intentions, ainsi que l'ensemble des transformations qui pourront être appliquées pour publier les supports mis en forme pour la lecture.

Le modèle permet donc de contrôler et de guider le processus d'écriture structurée. Il permet également d'assurer que tous les documents correspondant à un même ensemble seront mis en forme de façon homogène, puisque les mêmes programmes de transformation leur seront appliqués.

Multisupport

Publier un contenu écrit une seule fois sur plusieurs supports est l'apport le plus immédiat d'une solution éditoriale. La multiplication des canaux de communication conduit à souhaiter ou devoir diffuser une information sur plusieurs supports. Le papier - qui reste utilisé dans de nombreux contextes et Internet sont les deux plus courants. Dans les milieux étudiants et professionnels, l'usage de supports de type diaporama est également répandu pour effectuer des présentations en salle. Et pour chacun de ces supports physiques, plusieurs types de présentations se déclinent : rapport complet, fiche, page web, diaporama statique, animé, etc.

Ainsi la même information peut se retrouver mobilisée pour de multiples publications. Outre le travail supplémentaire induit, la copie d'informations pose surtout des problèmes de mise à jour. Une règle est toujours vérifiée en informatique : si une même information est copiée à deux endroits, viendra toujours le moment (et il ne faut en général pas attendre longtemps) où ces deux informations divergeront. Le site web ne dit plus la même chose que le dossier papier, cette faute corrigée pour le diaporama est restée présente dans le rapport, etc.

La solution éditoriale, par le principe de publication automatique, évite ainsi que l'information ne soit copiée lorsqu'elle est diffusée sur plusieurs supports : en effet, la source - le fichier XML dans le cas de Scenari - reste unique.

Conditions pour réaliser une publication multisupport automatisée

La mise en forme est effectuée par un algorithme : un ensemble de templates XSL transformant le document XML dans un autre format dédié à la publication (HTML, PDF, etc.). Cette transformation se base sur des règles formalisées à partir de la connaissance du schéma XML. En étant séparé de sa forme finale, un document peut légitimement prétendre à la publication multi-supports. Pour cela, le modèle de document doit décrire uniquement la structuration du contenu, c'est-à-dire une structure faisant abstraction des différentes mises en forme possibles.

Référence

Dumas Milne Edwards Léonard, Conception de formes de relecture dans les chaînes éditoriales numériques, Thèse, Université de Technologie de Compiègne, 2016.

Multi-usage

Le multi-usage est le corollaire direct du multisupport et de la réutilisation. Lorsque l'on peut facilement publier sur plusieurs supports différents et qu'il est également aisé d'adapter un document, alors il devient naturel de penser le document pour plusieurs usages différents.

Il s'agit bien d'adapter le document, pas seulement de le publier tel quel, sous plusieurs formes. On y ajoute et en enlève ce qui fait ou ne fait pas sens en fonction de chaque contexte [...].

Notons néanmoins que la posture de l'auteur qui écrit un contenu pour plusieurs usages est également un peu différente : il doit prendre en compte ces usages dans leur diversité, ce qui n'est pas toujours un exercice évident. Dans la plupart des cas, l'auteur s'en sort en privilégiant le support dont l'usage sera dominant, quitte à ajuster un peu plus tard.

XML est un standard qui peut être utilisé pour décrire des métadonnées, des données, du contenu... Les solutions éditoriales Scenari définissent du XML sémantique : à savoir que les balises font sens pour un métier donné. Par exemple, le schéma XML de Word parlera de Titre, Paragraphe... Opale parlera d'Activité, d'Exercice, de Partie...

C'est ce sens supplémentaire qui permet de dépasser le stade du multiformat et d'entrée dans le multiusage.

Par exemple, une balise Méthodologie et Outils ne sera publiée que sur des livrets destinés aux enseignants (et non pour les apprenants).

Multimedia

L'écriture s'est transformée pour devenir multimédia, notamment :

  • en enrichissant un contenu textuel par l'intégration de médias ;

  • en concevant un document fondé sur un média temporel, combinant une navigation guidée par le flux temporel et un approfondissement à la demande.

L'insertion et l'enrichissement de médias dans un contenu textuel

Un contenu écrit dans une application éditoriale Scenari peut intégrer des médias statiques (images, photographies...) ou animés (vidéos, sons, animations 3D...), qu'il est possible d'enrichir : une image devient interactive, une carte mentale manipulable...

Le document fondé sur le média temporel

Une application de type Webmedia permet de proposer une navigation principale, guidée par l'écoute, un sens de « lecture », à l'inverse d'un site web dans lequel la vidéo ou l'extrait sonore est posé sur la page comme un autre élément visuel (la navigation restant basée sur la lecture de l'écrit) et l'accès à la demande, à des grains de connaissances dispersés, complétant le flux.

Ce dispositif de média temporel chapitré et enrichi combine les atouts du flux (linéarité, écoute et mobilité) et du web (masse d'information, temps de la lecture), le synchrone et l'asynchrone. Il permet une maîtrise du temps de l'écoute (ré-écoute partielle en particulier) et une possibilité d'approfondissement.

Référence : aller plus loin pour découvrir l'intérêt d'une navigation guidée par le média temporel

Saint Martin Dominique, Crozat Stéphane, « Écouter, approfondir.... Perspectives d'usage d'une radio interactive », Distances et savoirs, 2007/2 (Vol. 5), p. 257-273. DOI : 10.3166/ds.5.257-273. URL : https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2007-2-page-257.htm

L'application Webmedia

O

Open source

Issu de la recherche universitaire, des licences open source ont été choisies pour Scenari dans l'objectif de  :

  • permettre la collaboration entre acteurs institutionnels et privés

  • favoriser la dissémination de l'outil et des principes d'écriture structurée

  • éviter tout brevet logiciel freinant l'évolution de l'informatique.

Licences

Le code source informatique de Scenari est ouvert. Il est disponible sous 4 licences  : MPL, GPL, LGPL, CeCILL. Chaque organisation et utilisateur peut ainsi choisir celle qui lui convient pour sécuriser son usage, sans rencontrer de frein, ni communautaire, ni commercial.

Quels intérêts ?
  • Aucun de coût de licence récurrent pour l'utilisateur : les investissements sont au service de l'appropriation et de l'adaptation du logiciel aux besoins de chacun

  • Utiliser des solutions ouvertes, issues de réflexions et conceptions d'acteurs spécialistes de leur métier

  • Bénéficier d'évolutions régulières de la suite logicielle Scenari et des solutions éditoriales et documentaires métiers (Opale, Dokiel, Optim...)

  • Pouvoir dériver ces solutions selon ses besoins

  • Avoir accès à l'intégralité du code source de la suite logicielle et des solutions éditoriales afin de pouvoir le diffuser, répliquer, contrôler, modifier.

Modèle économique et organisation

Les concepteurs de Scenari ont opté pour un modèle de développement centré sur un éditeur professionnel en charge du cœur logiciel, afin d'assurer la pérennité du logiciel et de pouvoir proposer des garanties et services professionnels.

Les utilisateurs de Scenari se sont également organisé autour d'une association, lieu de rencontres et d'échanges entre les concepteurs, prestataires et utilisateurs (personnes morales et individus), en charge de l'animation de l'usage libre.

Protection des contenus

Les contenus (données) que chaque rédacteur produit avec Scenari, y compris ceux en ligne sur le service MyScenari, lui appartiennent intégralement. Ni l'association Scenari, ni l'éditeur Kelis ne s'arroge un quelconque droit de propriété, d'usage ou d'exploitation de ces contenus.

R

Réutilisation

La réutilisation de contenus au sein d'une solution éditoriale consiste à permettre de référencer un fragment de contenu depuis plusieurs constructions documentaires. Ainsi, un même contenu peut être utilisé à plusieurs reprises sans être recopié.

C'est une alternative technique au copier/coller qui a, notamment, l'avantage d'éviter les problèmes de mise à jour.

Recomposition

La recomposition est un cas particulier de réutilisation. Si, par exemple, on désire publier un rapport sur papier ainsi que sur Internet, il est fréquent de ne pas vouloir faire apparaître exactement les mêmes informations exactement dans le même ordre. Des supports différents correspondent à des usages différents et peuvent amener à aménager le document pour répondre plus précisément à chaque contexte de diffusion. Ainsi, pour notre rapport, peut-être reverra-t-on l'introduction : parfaite pour le papier, elle mériterait d'être plus succincte pour la version web, étant donné qu'elle sera le premier contact avec le lecteur et qu'une grande densité d'information sur écran peut rebuter au premier abord. Peut-être aussi va-t-on inverser l'ordre des parties 3 et 4, la lecture moins linéaire sur le Web impose moins cet ordre que l'on a dû respecter sur le papier. Peut-être enfin supprimera-t-on cette dernière partie, moins aboutie, que l'on souhaite moins voir diffusée.

X

XML

Définition du XML

L'eXtensible Markup Language (XML, langage de balisage extensible) est un métalangage, c'est-à-dire un formalisme servant à décrire un langage.

Ces langages s'appuient sur des balises, c'est-à-dire des descripteurs ajoutés à l'objet décrit.

XML peut être vu comme un ensemble de règles de structuration, utilisé pour décrire des métadonnées, des données, du contenu textuel... Il est par exemple utilisé pour les virements bancaires SEPA, le stockage du contenu de Microsoft Word et LibreOffice...

XML est une recommandation du W3C depuis 1998.

Le XML sémantique

Les solutions éditoriales Scenari définissent du XML sémantique : les balises font sens pour un métier donné.

Par exemple, le schéma XML OpenDocument (de LibreOffice) parle de Titre, Paragraphe... Scenari-Opale parle d'Activité, d'Exercice, de Partie...

Le contenu est ainsi décrit selon :

  • sa structure logique par le repérage explicite des éléments constitutifs (le chapitre, le paragraphe, le mot important, etc.) et la hiérarchisation de ces éléments entre eux (un paragraphe appartient à un chapitre, un mot important à un paragraphe, etc.).

  • le sens donné au contenu par le rédacteur : mot important, définition, remarque, exemple...;

  • sa nature : texte, vidéos, sons, schémas, animations...

Intérêt du XML sémantique

Une telle représentation permet :

  • d'assurer la pérennité du contenu en rendant indépendant le format de création (XML) par rapport aux évolutions technologiques des langages de publication (HTML, XHTML, ePub...), et le contenu du logiciel ayant servi à le créer

  • d'autoriser la manipulation du contenu numérique par des programmes informatiques exploitant ses descripteurs, en particulier la publication multisupports et mutiusages.

W

What You See is What You MEAN (WYSIWYM)

Les éditeurs spécialisés dans la séparation entre format de création et formes de publication et le balisage sémantique orienté métier sont appelés éditeurs WYSIWYM (What You See Is What You Mean) par opposition aux éditeurs WYSIWYG (What you see is what you get) traditionnellement utilisés dans les logiciels bureautiques.

Scenari intègre un éditeur WYSIWYM.

Qu'est-ce que le WYSIWYM ?

Le WYSIWYM vise à représenter le contenu en fonction de sa signification et de l'intention du rédacteur.

Par exemple, l'auteur spécifiera que "TGV" est un sigle. Le traitement informatique appliquera des règles de transformation qui afficheront TGV en italique, ajouteront une infobulle comportant le libellé (Train à Grande Vitesse) et regrouperont l'ensemble des sigles en fin de document.

WYSIWYM versus WYSIWYG

Le WYSIWYM oppose sa démarche à celle du WYSIWYG fondée sur le résultat graphique (l'objectif est de représenter le contenu au plus proche de son rendu final), tel qu'on peut le connaître dans un traitement de texte ou un CMS (Content Management System).

Toutefois, l'éditeur de Scenari propose une représentation graphique pertinente du contenu, par exemple un mot Important s'affiche en caractères gras, de même que les listes ou les tableaux ont une mise en forme... de listes et de tableaux !

Quels sont les intérêts de l'approche WYSIWYM ?

L'intérêt de cette approche est de bénéficier d'un plus haut niveau de sémantique, permettant d'ouvrir vers des fonctions avancées d'écriture numérique et de manipulation du contenu et de réaliser des traitements informatiques puissants sur le contenu :

  • à commencer par l'accompagnement de l'écriture par un modèle, contribuant à l'amélioration de sa qualité, son homogénéisation

  • la publication multisupport et multiusage des documents, contrôlée et homogène

  • l'écriture conditionnée, à profondeur variable (variables, conditions surcharge)

  • l'écriture spacio-temporelle (en particulier le média chapitré) et interactive (quiz, carte mentale, image cliquable).